Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

arton21-4ed65

 

Tract des Alternatifs

 

Première nation martyre de l’atome militaire au XXe siècle, le Japon est en train de payer un lourd tribut au nucléaire civil pour avoir cru aux mensonges de la nucléocratie mondiale.

 

Alors que la prolongation pendant 10 ans du fonctionnement d'un des réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi venait d'être décidée, le drame qui s'y déroule menace de n’être que l’amorce d’un enchaînement de catastrophes encore plus dramatique, dans un pays déjà très fragilisé par plusieurs séismes et tsunamis, et toujours à la merci de répliques sismiques.

En 2007, un premier avertissement avait eu lieu. Un spectaculaire tremblement de terre avait obligé à fermer pendant 21 mois les sept réacteurs de la centrale de Kashiwazaki Kariwa. A l’époque, des sismologues japonais avaient prédit que, après une quarantaine d’années de relative accalmie correspondant à la période d’essor des centrales nucléaires, la région allait connaître une quarantaine d’années de recrudescence sismique. Malheureusement, leurs avertissements n’ont pas été entendus. Les pouvoirs publics et les industriels ont continué à faire comme si les ingénieurs et les technocrates pouvaient tout maîtriser. Comme si la radioactivité

n’était pas un des pires poisons pour les êtres vivants.

Comme si la boulimie d’énergie, de profits et de croissance illimitée de quelques multinationales valait qu’on y sacrifie des peuples entiers.

 

 

A quelques jours du 32e anniversaire de l’accident de Three Mile Island, à guère plus d’un mois du 25e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, comment peut-on s’obstiner à multiplier ainsi les risques ?

 

A quand un accident nucléaire majeur dans le pays de Sarkozy et d’Areva ?

En France, la durée d'activité des centrales est systématiquement prolongée, et la politique énergétique a toujours échappé au débat démocratique. Les investissements en terme de recherche et de développement se focalisent depuis des décennies sur la filière nucléaire au détriment des énergies renouvelables et non polluantes, et d'une politique globale d'économies d'énergie.

Le drame que vit le japon illustre la fragilisation de nos sociétés : soif insatiable d'énergie et de profits, course à la croissance, poursuite d’un modèle économique technoscientiste qui veut toujours "consommer plus de planète". Les multinationales de l'énergie nous font courir des risques planétaires. 

Des réponses politiques globales sont indispensables.

 

Entièrement solidaires des Japonais sinistrés, les Alternatifs réaffirment leur opposition radicale au nucléaire.

Les Alternatifs veulent une sortie rapide du nucléaire combinée à une reconversion énergétique globale reposant sur les économies d'énergie, le recours aux énergies renouvelables, la relocalisation des productions. Les centrales nucléaires qui ont dépassé les 30 ans d'exploitation doivent être immédiatement fermées en France et partout dans le monde. Un programme de sobriété énergétique doit être mis en oeuvre.

 

Les ventes de centrales nucléaires à l’étranger doivent cesser.

Dans la phase de transition seront prioritaires :

- le contrôle des salariés et populations sur les questions de sécurité

- la rupture avec la morgue technocratique du complexe politico-économique pro-nucléaire

- une information véridique, sincère et indépendante permettant un réel contrôle démocratique.

La crise climatique et la raréfaction des ressources fossiles ne peuvent en aucun cas justifier la course suicidaire

au nucléaire ou le recours aux gaz de schiste au risque de dégâts environnementaux irréversibles.

 

Une rupture globale est indispensable face à ce système qui détruit les solidarités sociales et internationales comme notre environnement

NI CIVIL, NI MILITAIRE! NI CHEZ NOUS , NI AILLEURS!

 

 La radioactivité n’a pas de frontières : elle ne doit plus être banalisée !

 

Tag(s) : #Communiqués des Alternatifs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :