Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 4 janvier 2010, une délégation des Alternatifs s'était rendue à Saint-Vallier (Drôme) pour visiter l'entreprise Ceralep, récupérée par ses travailleurs en 2004. Voir les articles rédigés sur cette expérience avec les liens ci-dessous par :

Richard Neuville :"Ceralep : Quand les travailleurs refusent le diktat des actionnaires !"

http://alterautogestion.blogspot.com/2010/11/ceralep-quand-les-travailleurs-refusent.html

 et Benoît Borrits "Du combat syndical à l'appropriation de l'outil de travail"

http://alterautogestion.blogspot.com/2010/01/la-scop-ceralep-de-st-vallier-drome.html

  P1010099

 

France 5 a réalisé un reportage très intéressant sur cette entreprise récupérée.

 

 http://www.france5.fr/portraits-d-un-nouveau-monde/#/theme/economie/le-patron-c-est-nous/

Comment une entreprise devient l'affaire de toute une ville

 

Ceralep fabrique des isolateurs électriques en céramique utilisés par les réseaux à très haute tension. Installée dans la vallée du Rhône depuis 1921, elle exporte dans le monde entier. A Saint Vallier, dans la Drôme, tous les habitants ont un parent, un ami qui a travaillé dans cette usine qui marque l'entrée du bourg. En 2004, après sa liquidation judiciaire, une cinquantaine de salariés ont décidé de la faire redémarrer.

Les salariés deviennent actionnaires

Pour la renaissance de l'entreprise, beaucoup ont donné de l'argent à l'Association des amis de Ceralep. Il fallait trouver 900 000€. C'est ici qu'intervint l'Union Régionale des Scop qui emballée par le projet va permettre de trouver la majeure partie de la somme.
L'entreprise ré-ouvre donc avec 52 salariés sous forme de Société Coopérative de Production. Anciennement appelée Société Coopérative Ouvrière de Production, la Scop est une société commerciale. Son originalité réside dans l'actionnariat-salarié: les salariés sont les associés majoritaires de l'entreprise et tous les salariés ont vocation à devenir associés.
Associés majoritaires de la Scop, les salariés décident des grandes orientations de leur entreprise et désignent leurs dirigeants (gérant, conseil d'administration, etc.) selon le principe « Un homme, une voix ».
La Scop met donc les hommes et les femmes qui y travaillent au cœur de leur entreprise et encadre les écarts de salaire. Chez Ceralep, le directeur a un revenu deux fois et demi supérieur à l'ouvrier le moins rémunéré.

La coopérative, un remède à la crise du capitalisme ?

Six années plus tard, qu'est devenue Ceralep ? Qu'est ce que la transformation en coopérative a changé dans le quotidien des ouvriers ? Que sont devenus les anciens syndicalistes à l'origine de la reprise ? Est ce que ce modèle d'entreprise où les écarts de salaire sont faibles est une alternative au capitalisme financier, un remède à la crise ? Voilà les questions que je me posais en venant cette année chez Ceralep. Et auxquelles le documentaire multimédia « Le patron, c'est nous ! » tente de répondre.

21 000 coopératives ouvrières en France

L'expérience de Ceralep est singulière, mais elle n'est pas isolée. On compte 21 000 coopératives en France, employant 700 000 salariés pour un chiffre d'affaire global de 105 milliards d'euros. Elles se répartissent en 4 types: les coopératives d'usagers - consommateurs..., les coopératives d'entrepreneurs et d'entreprises - agricoles, commerçants.., les coopératives de salariés comme Ceralep et les banques coopératives - comme le Crédit Coopératif, la banque qui a prêté à Ceralep lors de son changement de statut.


Tag(s) : #Autogestion

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :