Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 1er Aout, le Tribunal de Commerce de Quimper a prononcé la liquidation du pôle « frais » (1700 salariés) avec poursuite de l'activité jusqu'au 10 Septembre. Il a aussi décidé de prolonger jusqu'au 30 Novembre la période d'observation pour les autres activités, dans l'attente que l'actionnaire majoritaire (la famille Doux détentrice de 80 % du capital) veuille bien finaliser un plan de continuation crédible.


Il n'en aura pas fallu plus pour que les prédateurs se précipitent à la curée: Duc, Glon Sanders (filiale de Sofiprotéol), LDC (poulets de Loué) sont à la manœuvre pour arracher les meilleurs morceaux du pôle « frais ». Mais les offres de reprise ne se font pas sans casse; Ce 10 Septembre, le couperet est tombé, conforme à ce qu'on pouvait craindre: Dans le moins pire des scénarios, c'est un millier d'emploi qui vont être sacrifiés !


L'ensemble des emplois du groupe (3500 salariés) n'en reste pas moins menacés; au total près de 10 000 emplois sont directement ou indirectement concernés. Les fournisseurs et 800 producteurs sont sans garanties quant à leur avenir !  Les conséquences de la « crise » du groupe Doux vont être considérables pour l'ensemble du tissu économique, principalement en Bretagne, mais aussi dans le Loiret, dans le Cher, à Laval .... Quant au site de Graincourt (253 salariés dans le pas de Calais) au centre administratif de la Vrai croix (113 salariés dans le Morbihan) et l'unité du Pontet (20 salariés dans le Vaucluse), ils sont voués à la disparition faute de repreneur.


LE CHANGEMENT, C'EST DE METTRE LE GROUPE DOUX SOUS TUTELLE PUBLIQUE

Ce ne serait que légitime au vu de l'importance des fonds publics perçus par cette entreprise depuis trop longtemps. Il est temps pour les pouvoirs publics de faire l'inventaire de ce délire « agro-polluo-financier » et de demander des comptes: Que sont devenus les millions d'euros de subventions, comment les récupérer pour payer une partie de la casse sociale ? Comment récupérer les dividendes confortables qui ont été versés malgré la situation de fragilité de l'entreprise ?


Plutôt que d'accompagner les prédateurs dans leur opération de dépeçage, le Gouvernement serait bien inspiré de se donner les moyens politiques, via une mise sous tutelle publique, d'assurer le maintien de l'activité pour répondre rapidement à un double objectif : Le maintien de l'emploi et des revenus de tous les salariés et des paysans, dans une perspective de reconversion écologique de la filière avicole.


POUR UNE RECONVERSION SOCIALE ET ECOLOGIQUE DE LA FILIERE AVICOLE

Les Alternatifs expriment leur totale solidarité envers les salariés et les éleveurs sous contrat qui subissent la politique de cette entreprise depuis trop longtemps. Le nécessaire soutien aux travailleurs ne nous dispense pas du rejet du modèle économique développé par le groupe Doux, champion toute catégories de la captation des subventions de la Politique Agricole Commune.  Doux est, en matière d'élevage, le symbole de l'inacceptable :

-          Politique d'intégration étranglant les producteurs et les réduisant au statut de quasi esclaves, aux antipodes de toute idée de coopération, d'autogestion.

-          Surexploitation des travailleurs, soumis aux bas salaires et à une
grande pénibilité des conditions de travail.

-          Modèle de production basé sur le « tout transport » : importation d'aliment du bétail (soja) et exportation d'une production standard, de faible qualité, en profitant de subventions à l'exportation de l'Union Européenne qui mettent en péril les éleveurs des pays du Sud.

  

Dans ce système, le bien être humain et animal ne sont abordés que lorsqu'ils pénalisent la rentabilité... toute une philosophie. Il est temps de promouvoir un nouveau modèle industriel et agricole respectueux des hommes et de l'environnement, respectueux de normes éthiques concernant les conditions d'élevage.  Il y a urgence à engager, sous le contrôle des salariés, des éleveurs et des consommateurs, un plan de reconversion sociale et écologique, qui se donne comme priorités la pérennité d'emplois durables, la garantie d'un revenu décent pour tous, la valorisation de productions de qualité. Il est l'heure de planifier un nouvel usage des terres pour nourrir sainement la population.

 

Les Alternatifs

 

Tag(s) : #Communiqués des Alternatifs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :