Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

arton302-b5541
Résolutions votées par la coordination générale des Alternatifs des 12 et 13 mai 2012

Texte 1 : Motion de conjoncture

 François Hollande élu : une victoire, une étape ...

Au premier tour de la Présidentielle, la dynamique de la candidature Mélenchon, soutenue par le Front de Gauche et d'autres dont les Alternatifs, a été un événement majeur de la campagne. La force militante de cette campagne, le succès des grands rassemblements populaires ont reflété la volonté de résistance et d'alternative. Cette campagne a remis sur le devant de la scène la question du peuple et du conflit de classes mais a donné trop peu de place  à l'écologie, à la situation des quartiers populaires et à la sortie de la crise de la dette.

 Au second tour, nous avons ensemble chassé Sarkozy, chassé un candidat qui s'est aligné
sur les thèses du Front National pour tenter d'être réélu. Nous avons fait
 bloc pour battre la droite, sans illusions sur le programme proposé par
François Hollande, mais avec résolution face au danger pour les droits
sociaux, l'égalité, les droits démocratiques, que représentait le candidat sortant.

Cette victoire ouvre une situation politique nouvelle en France mais aussi en Europe.
Elle peut être un encoulragement pour certains peuples (Grèce, Espagne...) en lutte contre les politiques d'austérité. Dans le même temps l'offensive libérale  semble s'affaiblir dans d'autres pays (Allemagne).
 
Le danger persiste avec une droite extrême aux couleurs de l'extrême
droite et avec une extrême droite tentant de remodeler la société à son image.
En s'appropriant des thèmes traités par la gauche et le mouvement alter-mondialiste (dette, pouvoir d'achat, rôle des banques), le F.N. se situe entre continuité et rupture par rapport au FN paternel. Avec certaines violences constatées au cours de cette campagne et après, cette évolution marque t elle un processus de fascisation de l'extrême droite ?

 

François Hollande est élu, la finance va engager l'offensive pour empêcher
toute avancée sociale, pour balayer l'idée même de rupture avec le
système. Quelques éléments du projet du PS esquissent des pas en avant
limités : réforme fiscale, moyens accrus pour le système éducatif, droit
de vote des résidents non communautaires aux élections locales... Mais ce
projet de centre-gauche est étroitement limité par la crainte de tout
affrontement réel avec les forces du capital, comme de rupture avec les
diktats de l'Europe libérale, en premier lieu la "règle d'or" Merkozy. 

Le contre feu, c'est d'abord la mobilisation de toutes et tous, pour
qu'après avoir fait sauter le verrou Sarkozy, s'ouvre une perspective.
 Mobilisation sur les terrains sociaux, démocratiques, écologiques, sortie du nucléaire,
abandon des grands projets inutiles comme Notre Dame des Landes. Cette mobilisation rejoint celle des peuples européens contre le carcan,de
l'austérité et la régression sociale imposée au nom de la dette.

 

Dans la période qui vient nous devons contribuer à un réel changement, une alternative et non une simple alternance. C'est ainsi que pourront être satisfaites les attentes populaires concernant l'emploi, la retraite, le pouvoir d'achat des plus démunis, la reconversion écologique. 

Pour les législatives, le combat contre la droite et l'extrême droite,
pour une gauche de transformation sociale et écologique indépendante du PS,
se poursuit.
Les Alternatifs le mèneront aussi souvent que possible dans des cadres
larges de rassemblement, avec le Front de Gauche ou avec le NPA et le
Front de Gauche. Lorsque les conditions de l'unité large ne sont pas
réalisées, des candidatures de gauche alternative seront présentées dans
un certain nombre de circonscriptions (avec d'autres forces comme objecteurs de croissance, altermondialistes, régionalistes de gauche...), en lien avec les mobilisations
citoyennes. Dans cette campagne, les Alternatifs porteront le projet d'une
gauche alternative : anticapitaliste, féministe, écologiste, unitaire et
altermondialiste. Une gauche qui combat un système qui veut faire de nous
des salarié-E-s exploité-E-s et précarisé-E-s, des consommateurs/trices
aliéné-eE-s, des citoyenn-E-s manipulables. L'alternative est pour nous est
un but, un moyen, un chemin...
Texte 2 : Motion législatives
L'Alternative comme but, moyen et chemin

Dans cette campagne, les Alternatifs porteront le projet d'une gauche alternative Rouge et Verte : anticapitaliste, féministe, écologiste, anti-raciste, unitaire et altermondialiste.
Une gauche alternative : nos luttes quotidiennes dessinent un autre avenir
avec les initiatives associatives (sur les terrains de l'environnement, de
l'alterconsommation, de la culture...), des pratiques de démocratie active
et d'autogestion, les mobilisations des salarié-E-s pour défendre,
reprendre, reconvertir l'outil de travail. Une gauche présente dans tous les combats pour défendre, étendre et démocratiser les services publics sous le contrôle des salarié-E-s et usager-E-s.
Une gauche anticapitaliste, pour une répartition égalitaire des richesses
et en finir avec la précarité, pour l'appropriation sociale du système
bancaire, du secteur énergétique. Une gauche qui renoue avec le combat
historique du mouvement ouvrier pour réduire le temps de travail, pour les
32 heures en 4 jours comme première étape, pour imposer l'intervention des
travailleurs/ses dans la gestion des entreprises. Du temps pour vivre et
un travail pour toutes et tous.

Une gauche féministe qui exige une réelle égalité des droits : emploi,
salaire, parité , répartition des tâches ménagères et éducatives, mariage et adoption pour les personnes de même sexe. Une gauche féministe qui revendique l'accès libre et gratuit à la
contraception et à l’I.V.G. sur tout le territoire, l'éradication des violences faites aux femmes, le refus du sexisme et de l'homophobie et l'abolition du système prostitutionnel.
Une gauche écologiste, face au capitalisme de la catastrophe qui, de
Fukushima aux côtes nigérianes, détruit la vie pour le profit. Une gauche
engagée dans les mobilisations contre l'extraction des gaz de schiste et
qui ne transige pas sur le nucléaire civil et militaire : pour le
désarmement nucléaire unilatéral et pour la sortie du nucléaire civil. Une
gauche qui propose une reconversion écologique de l'économie permettant la
création massive d'emplois et basée sur le recours aux énergies
renouvelables ainsi que la remise en cause du tabou de la croissance.

Une gauche anti-raciste, intransigeante sur l'exigence  d'égalité des droits, la régularisation de tous les sans-papiers, le refus de toutes les discriminations et de tous les racismes.
 
Une gauche unitaire, favorable au large rassemblement de toute la gauche
de gauche et des écologistes radicaux, une gauche présente aux élections
mais consciente que les mobilisations citoyennes, écologistes, sociales,
féministes et antiracistes, celles de la jeunesse, sont la clé de
l'avenir. Une gauche au service de ces mobilisations, de leur convergence,
de l'auto-organisation, dans un rapport égalitaire avec syndicats et
associations.

Une gauche altermondialiste qui refuse la marchandisation de nos vies,
défend l'accès de toutes et tous aux droits fondamentaux que sont le
logement, la santé, l'éducation, une gauche présente dans les forums
sociaux, liant son combat à toutes les aspirations à l'auto-détermination
et l'émancipation, à prendre ses affaires en main, en Europe et dans le monde. Une gauche qui combat le système et qui propose en même temps une
véritable alternative. Une gauche qui ne se résigne pas et qui n'a pas
renoncé à changer le monde, une gauche qui réaffirme qu'un autre monde est
possible et nécessaire, ici et maintenant !


Texte 3 : Pour une nouvelle force Rouge et Verte



 

La gauche alternative, écologiste, anticapitaliste, est face à de nouveaux défis.

- construire un front large, enraciné socialement, démocratique,
- à côté du PCF et du PG, faire émerger une nouvelle force Rouge et
Verte, féministe et autogestionnaire, radicale et unitaire.
 
Les Alternatifs ont tiré un bilan positif de la campagne Mélenchon et ouvrent le débat sur leur rapport avec le Front de Gauche.
Ce débat sera conclu par une décision collective des adhérent-E-s de notre  mouvement lors d'un congrès à l'automne 2012 en tenant le plus grand compte des échanges avec d'autres courants anticapitalistes, écologistes radicaux et altermondialistes. Nous constatons une grande diversité des situations locales et la complexité des positions de nos partenaires.
 


 
Le premier élément du débat est le rapport qui s'établira après la
séquence législative entre le Front de Gauche et le PS.
Nous considérons que cette question ne relève pas d'une volonté abstraite de démarcation, elle ne nie pas la nécessité de combats communs contre la droite et l'extrême droite,
mais renvoie à la réalité des projets de François Hollande et du Parti Socialiste.
La question de l'indépendance du Front de Gauche et de ses composantes à l'égard du PS et de son gouvernement est un  préalable pour répondre  à la nécessité historique de construire une gauche de transformation sociale et écologique.
 
Le second débat  porte sur la nécessité d'ancrer dans la société un front de gauche élargi et transformé. Par la souveraineté des assemblées et collectifs de  base et de ceux et celles qui y participent, par le dépassement de la simple dimension électorale de ce Front, par l'intégration des apports programmatiques et stratégiques de la gauche alternative. 
En même temps la garantie doit être donnée aux courants et organisations
rassemblés dans le front du maintien de leur identité et de leur capacité d'initiatives propres.
Car si  les propositions des Alternatifs sont proches de celles du Front de
Gauche sur de nombreux points, des divergences sur la stratégie, le programme et la vision de l'organisation politique existent entre les Alternatifs, le PCF et le PG.

La progression vers un projet commun est un objectif nécessaire, les
divergences sur le projet comme sur la vision de l'organisation politique
doivent être débattues, sans remettre en cause la nécessité d'une démarche unitaire commune.
 

 
Troisième enjeu : débattre pour s'accorder sur les contenus : la reconversion écologique de
l'économie, la sortie du nucléaire, le concept même de croissance.
Doivent aussi être débattus le rapport entre mobilisations et institutions, des questions clé pour le développement des mobilisations sociales et écologiques comme celles de l' auto-organisation,  de la globalisation des mobilisations et d'objectifs unifiants pour leur donner force.

Toutes ces questions sont posées aux organisations membres du Front de
Gauche comme aux Alternatifs ou à la Gauche Anticapitaliste. Nous sommes prêts à en débattre.

Pour peser dans ces débats, nous avons besoin de faire émerger et de structurer, à côté du PCF et du PG, une nouvelle force Rouge et Verte, féministe et autogestionnaire, radicale et unitaire.

 

Plusieurs courants de la gauche alternative posent la question de la
participation au Front de Gauche comme préalable à tout engagement dans le
sens d'une force politique/d'un pôle Rouge et Vert.
Les Alternatifs pour leur part souhaitent engager une démarche d'ensemble qui permettra à une force Rouge et Verte de contribuer à un front élargi et transformé.
Tel sera le sens de notre engagement, de notre proposition de débats et de
construction commune dans les prochains mois.
Tag(s) : #Résolutions des Alternatifs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :