Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans un entretien a accordé à "lHumanité Dimanche", Bernard Thibaud pose un double constat : « laffrontement avec les employeurs s’aiguise » et, alors que « nous avons affirmé quil fallait se défaire de la tutelle des marchés financiers et de lemprise dune approche européenne libérale. Cela n’a pas changé ». Ce double constat, nombreux sont les salariéEs des secteurs public et privé à le faire. Avec toujours cette même question : que pouvons-nous y faire, pouvons-nous les arrêter ? Les réponses collectives sont nécessaires. Urgentes.


Il sagit tout dabord de ne pas laisser seuls celles et ceux qui se battent, souvent le dos au mur et le désespoir au corps, contre les fermetures et les licenciements, en multipliant les manifestations de soutien et en exigeant du gouvernement une loi accordant au Comité d'Entreprise le droit de veto sur tous les licenciements et restructurations.  Le Premier Ministre a montré toute lattention quil portait au MEDEF, quil écoute enfin ce que les salariéEs et leurs syndicats ont à dire et proposer dans chacune de ces entreprises et que, sil est vraiment de gauche, son gouvernement interdise ces milliers de licenciements collectifs !


Hélas, à entendre ses déclarations récentes, ce n
est pas du tout le chemin que prend le Président de la République. De la hausse de la CSG à la ratification du TSCG, de laustérité renforcée dans les services publics à labsence de la moindre mesure damnistie pour les syndicalistes condamnés par la (in)justice dans les années Sarkozy, François Hollande a confirmé  son renoncement à affronter les marchés financiers et  sa soumission à la troïka UE, BCE, FMI. Si certains dans le camp syndical annoncent partager sa volonté de « réduire le coût du travail », la grande majorité de celles et ceux qui ont permis de chasser Sarkozy attendent, tout au contraire, une véritable rupture. Cest ce quil nous va falloir imposer. Et pour y parvenir pas dautres voies que le développement de la mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle, avec, dès que possible, une première journée nationale  interprofessionnelle de grève et de manifestations contre les licenciements et laustérité.

 

Pour sopposer à la misère et refuser la résignation qui fait le lit de lextrême-droite, cest la voie du Tous ensemble quil faut choisir. Et construire.

Les Alternatifs

Tag(s) : #Communiqués des Alternatifs

Partager cet article

Repost 0