Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que nous étions des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes à défiler dans les rues des principales villes de l'Ardèche de mai à novembre 2010 pour nous opposer à la contre réforme sur les retraites de ce gouvernement de classe et défendre le maintien du départ à 60 ans et le retour à 37,5 annuités, Pascal Terrasse, député et Président du Conseil général de l'Ardèche ne semble pas s'en être rendu compte et fait preuve d'un cynisme à toute épreuve. Devenu conseiller opportuniste de M. Hollande et postulant à un poste de ministre de la santé en cas de gouvernement de gauche, l'heure est au pseudo-réalisme et il considère que le retour à 60 ans n'est pas d'actualité. Les travailleur-se-s sauront s'en souvenir en juin prochain.  Nous publions ci-dessous un article de Gérard Filoche.

http://www.filoche.net/2011/10/13/forfaiture-pascal-terrasse-depute-ps-crache-d%e2%80%99avance-sur-nos-retraites/

Forfaiture : Pascal Terrasse, député PS, crache d’avance sur nos retraites !

« Il y a à la fois ce que les gens ont compris, ce que dit le PS, et ce qu’on fera. C’est trois choses différentes. » dit Pascal Terrasse, député socialiste, conseiller retraite de François Hollande qui prône le maintien de la retraite à 62 ans (avant de parler de 65 ans… ?).

De la politique comme cela ça me fait vomir ! Ce gars là avait des beaux propos lorsqu’il était au NPS…Envisager ainsi de manipuler le sort de dizaines de millions de salariés c’est purement dégueulasse. Forfaiture !

Lisez le texte enregistré de son intervention. IL se suffit par le mépris envers 8 millions de manifestants, envers 75% de l’opinion… envers le peuple, envers le droit, envers l’honnêteté, envers le socialisme :

 

Voilà le verbatim de sa prise de parole selon Libération :

 

«Il y a à la fois ce que les gens ont compris, ce que dit le PS, et ce qu’on fera. C’est trois choses différentes…C’est compliqué. Ce que les gens ont compris, c’est les socialistes, s’ils reviennent au pouvoir, vont remettre la retraite à 60 ans [à taux plein pour tout le monde]. Ca , ça n’a jamais été dit.Après, il y a la partie projet, c’est moi qui l’ai rédigée, je suis quand même bien placé. Je dis simplement que l’on acte le principe de l’allongement de la durée de cotisation: 41,5 années. Ca, on l’a acté. Pour avoir sa retraite à taux plein, il faut avoir 41,5 années. Et nous disons qu’on pouvait partir à 60 ans dès lors qu’on a ses 41,5 années. On est sur le principe retraite à la carte. Si vous partez avant, vous pouvez, mais là vous avez une décote. Etc, etc..

 

Sauf que, disons nous la vérité, ce qui rapporte de l’argent aux caisses, ce n’est pas vraiment l’allongement de la durée de cotisation. C’est la borne d’âge. Ca rapporte beaucoup d’argent. C’est la raison pour laquelle les 62 ans ont été donnés comme horizon. Là où en France on a une réforme dure, c’est que la durée de cotisation est beaucoup plus longue qu’ailleurs, et une borne d’âge qui est un peu plus courte que les autres pays européens. En Allemagne par exemple, la durée de cotisation, contrairement à ce qu’on pense, est beaucoup plus courte, mais une borne d’âge plus élevée. Parce que la borne d’âge rapporte directement, c’est du lourd, c’est du concret, il faut attendre pour avoir sa retraite. Ca veut dire que la borne d’âge est utile. Je vais vous dire ce que je pense. Compte tenu de la situation de la Cnav, et de ses déficits, je ne pense pas honnêtement qu’on reviendra sur la borne d’âge. La vérité c’est qu’il faut qu’on aille à 65 ans sur la borne d’âge, pour arriver à trouver un équilibre financier compte tenu des enjeux démographiques lourds que nous avons. Mais si l’on dit qu’on va à 65 ans sur la borne d’âge, à ce moment-là, il va falloir qu’on trouve quelques dispositifs pour adoucir la douleur. Parce que c’est dur. Moi je plaide depuis très longtemps pour la mise en place de dispositifs de pénibilité qui n’ont pas été mis en place.»

 

Interrogé par Libération, Pascal Terrasse a affirmé : «être tombé dans un piège. Je ne savais pas que des journalistes étaient présents. C’étaient des propos privés. Je n’ai pas parlé en qualité de conseiller de François Hollande, et ce qui a été dit ne correspond pas à ses positions».

On s’en fout : le plus grave c’est ce que, dans le dos du parti,  cet homme, menteur et incompétent, cynique et indigne à pu dire contre nos droits légitimes à la retraite à 60 ans alors qu’il se prétend socialiste !

Tag(s) : #Opinions - Idées

Partager cet article

Repost 0