Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tract distribué par les Alternatifs le 15 octobre lors des manifestations inter-régionales (Rennes, Bugey, Bordeaux, Toulouse, Avignon) qui ont rassemblé plus de 25 000 personnes.

Nucléaire : en sortir tout de suite !

7 mois après Fukushima, 25 ans après Tchernobyl, aucune leçon n’a été tirée par nos gouvernants sur l’impasse mortelle que représente le nucléaire. Ils s’enferrent dans une fuite en avant suicidaire comme si la boulimie d’énergie, de profits et de croissance illimitée de quelques multinationales valait qu’on sacrifie des peuples entiers !


Le nucléaire, un choix écologiquement insoutenable

35 ans après le premier programme électro-nucléaire, les mêmes questions se posent : Dangerosité des technologies employées, risques de dissémination de matières radio-actives et hautement toxiques (plutonium), usage criminel qui peut en être fait, font du nucléaire un domaine où règnent centralisme et culte du secret. La filière nucléaire est porteuse d’un risque de dérive policière qui menace toute la Société. Il n’y a pas de nucléaire démocratique. L’opacité reste la règle ; les décisions sont prises sans réel débat public, sans consultation de la population et sous l’influence de la technocratie et des lobbies industriels capitalistes.

 

La lancinante question des déchets

Par centaines de milliers de tonnes, ils s’accumulent et on ne sait toujours pas les rendre inoffensifs. Le prétendu “retraitement” est une escroquerie qui ne réduit en rien ni le volume, ni la dangerosité des déchets. Quant à l’enfouissement, c’est “cacher la poussière sous le tapis”, léguer un cadeau empoisonné et mortel aux générations futures. Parce qu’il est irresponsable de tabler sur ce que pourrait faire la science dans un avenir incertain, la meilleure façon de gérer les déchets nucléaires, c’est de ne pas en produire !

Un choix économiquement et socialement inacceptable

La filière nucléaire absorbe des sommes colossales qui seraient mieux employées pour une véritable politique d’économies d’énergie, de diversification des sources de production et de développement des énergies renouvelables ; une politique énergétique qui privilégie la déconcentration de la production, l’équilibre des territoires et l’emploi local.

 

Un risque accru de prolifération

La France est, avec les USA, en première ligne pour empêcher l’Iran de développer son programme nucléaire. Ca n’empêche pas Sarkozy, toute honte bue, de se livrer depuis le début de son mandat à une surenchère forcenée pour essayer de vendre des centrales nucléaires partout dans le Monde, y compris à des régimes autoritaires ou dictatoriaux, dont certains regorgent de sources d’énergie conventionnelles ! Relancer un programme électronucléaire ou vendre ses centrales à l’étranger, c’est perdre toute crédibilité dans la lutte contre la prolifération de l’arme atomique. C’est encourager d’autres Etats à se doter de cette arme, car il n’y a pas de frontière infranchissable entre nucléaire civil et nucléaire militaire.

Une décision immédiate de sortie du nucléaire s’impose

Il y a urgence :

  • à impulser un débat démocratique sur la politique énergétique avec comme objectif une sortie rapide du nucléaire, civil ou militaire
  • à promouvoir un véritable programme d’efficacité et de sobriété énergétique
  • à engager une reconversion énergétique globale reposant sur les économies d’énergie, les recours aux énergies renouvelables, la relocalisation des productions.

Il y a une extrême urgence à arrêter définitivement les 21 réacteurs qui ont dépassé 30 ans d’âge.

C’est un objectif réaliste pouvant rapidement être mis en œuvre, sans rupture dans la fourniture d ’électricité, en utilisant des capacités de production conventionnelles existantes et aujourd’hui sous-utilisées

 

Ni civil, ni militaire ; ni chez nous, ni ailleurs

 

Les Alternatifs 15 octobre 2011

 

 

alter1510rennes1.JPG



Tag(s) : #Nucléaire

Partager cet article

Repost 0