Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manif M.ColloghanRésolution de la coordination générale

Vigilance et mobilisation pour la défense de nos droits démocratiques à manifester et à circuler librement !

« …la crise économique et le chômage, les plans de licenciements, ils sont là, ils grondent depuis des années » a reconnu le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, ajoutant « aujourd’hui on assiste moins à des mouvements sociaux, qu’à des implosions ou explosions sociales ».
 

Pour lui, ces risques d’explosion sociale, « il faut les comprendre, mais on ne peut pas les admettre. On peut essayer de comprendre les raisons qui poussent des hommes et des femmes au désespoir mais on ne peut pas casser l’outil de travail ».
 

Vous avez bien lu : « casser l’outil de travail ». Et c’est un ministre d’un gouvernement soi-disant de gauche qui caractérise ainsi les mobilisations syndicales pour la défense de l’emploi !

De Notre Dame des Landes, à Florange, PSA et Goodyear, les syndicalistes, les militant-e-s de tout bord et les citoyen-ne-s refusant de rentrer dans le rang sont devenu-e-s les cibles d’une pression policière et juridique sans équivalent.

 

A Strasbourg, après que les cars des manifestant-e-s venant de Liège, Luxembourg et Florange aient été fouillé-e-s et plusieurs dizaines de sidérurgistes des entreprises Mitall refoulés, un jeune sidérurgiste belge, touché par un tir de flash-ball, a perdu un œil.

 

A Rueil, les Goodyear venus manifester pour refuser la fermeture de leur entreprise ont été accueillis par des centaines de CRS.

 

A Notre Dame des Landes, la présence policière est chaque jour plus insupportable avec contrôles des identités et des véhicules des habitant-e-s à toute heure du jour et de la nuit, intrusion des cars de CRS dans les propriétés privées, et même tentative de bloquer le déroulement d’une manifestation par un contrôle d’identité des participant-e-s !

 

Nantes n’avait quant à elle jamais connu, dans la durée, une telle présence policière. Le moindre rassemblement, la moindre manifestation syndicale et ce sont des centaines de CRS et de policiers mobilisés, avec le déploiement d’un arsenal démentiel, des rues coupées par des grilles, un arbitraire généralisé qui entrave la liberté de circulation des citoyen-ne-s.

 

Sous Sarkozy, de telles mesures auraient justement entraîné des protestations de toutes les forces démocratiques. Sous Hollande-Ayrault, la timidité des protestations - pas celles de la droite qui applaudit ni celles des principaux élus PS qui, hélas, appellent et soutiennent publiquement cette déferlante policière mais celles des associations, syndicats et partis de gauche - est aujourd’hui pour le moins très insuffisante.

Tag(s) : #Résolutions des Alternatifs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :