Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous publions ce communiqué du Collectif 07 de défense et de développement des services publics. Celui-ci ne reflète pas intégralement la position des Alternatifs, membres de ce collectif, mais il est le résultat d'un consensus entre ses différentes composantes. Les Alternatifs ont fait valoir que les élu-e-s (socialistes et communiste) du syndicat mixte en charge de la gestion de l'Espace de restitution qui ont fait le choix de délégation de service public, c'est à dire de confier au privé la gestion de cet espace pour 20 ans doivent assumer la responsabilité du respect du cahier des charges et d'en informer les citoyen-ne-s. En effet, dans une délégation de service public, le contrôle citoyen ne peut s'exercer. A contrario, dans le cadre d'une gestion public, les Alternatifs auraient revendiqué un collège citoyen au sein de la régie.

800px-Rhinocéros grotte Chauvet

Communiqué du Collectif Ardéchois de Défense et de Développement des Services Publics suite à la Délégation de Service Public concernant la gestion de l’Espace de Restitution de la Grotte Chauvet à la société Kléber-Rossillon :

AVEC REGRET ET AMERTUME, NOUS PRENONS ACTE ! MAIS LE DOSSIER N’EST PAS CLOS ET NOUS RESTERONS EXTREMEMENT VIGILANTS SUR LE CONTROLE EXERCE !

Ainsi, dans sa réunion ouverte au public du 21 novembre 11, au Conseil Général de l’Ardèche, les membres du SMERGC ont décidé à l’unanimité de confier la gestion de l’Espace de Restitution de la Grotte Chauvet à la Société Kléber-Rossillon qui a déjà la responsabilité d’une activité de ce type dans plusieurs lieux dont le célèbre château de Langeais.

Le Collectif Ardéchois de Défense et de Développement des Services Publics déplore une nouvelle fois que l’ERGC – projet ambitieux qui va constituer un élément important du développement culturel  et touristique de notre département  -  fasse l’objet d’une délégation de Service Public alors que l’engagement des Pouvoirs Publics  ( Etat et Collectivités Territoriales concernées ) est conséquent et qu’une logique d’Intérêt Général doit prévaloir jusqu’au bout pour un patrimoine exceptionnel prétendant légitimement  être reconnu par l’UNESCO comme Bien Commun de l’Humanité .

Comme nous l’avons plusieurs fois souligné, l’option préconisée par le Ministère de la Culture en échange de sa participation – et comme il s’est plu à le souligner lors de cette séance, option pleinement partagée dés le départ par le Président du SMERGC – est conforme à la stratégie libérale qui confie au Privé des pans entiers d’activités que le Secteur Public pourrait lui-même exercer   ( sans pour autant s’ interdire l’apport de multiples partenaires intervenant alors dans le cadre d’un pilotage public direct ).

CETTE ORIENTATION N’EST PAS LA NOTRE

Nous avons, tout autant que d’autres, de l’ambition pour  travailler à la qualité de la vie en Ardèche, à l’épanouissement de toutes les potentialités de ce département, qui sont considérables, et nous affirmons, avec le sentiment d’être heureusement compris par une grande partie de la population, que le Service Public, grâce aux valeurs qu’il incarne et parce qu’il est voué à l’ intérêt général, doit jouer un rôle essentiel dans une économie fondée sur les besoins de la population, la responsabilité écologique et la solidarité.

Bien sûr, le choix de la société Kléber-Roussillon s’ est accompagné d’une volonté clairement affirmée et répétée que les élus du SMERGC seraient « dans le camion et au volant », et l’ insistance a été mise sur un contrôle permanent de la qualité de la prestation  et sur le fait que la délégation ne signifiait aucunement  une attitude de passivité qui serait contradictoire avec le travail accompli jusque là par le SMERGC  et ses services.  Mais pour nous, le discours paradoxal très à la mode : « On va faire du Service Public  mais sans le service public », est inacceptable parce que, dans la réalité, les DSP confiées à des groupes privés démontrent cruellement que l’intérêt général des populations, à terme,  n’y trouve pas son compte.

Le Collectif constate que le scénario qu’il avait prévu dès le départ s’est réalisé (la gestion est confiée à un groupe privé).

Il persiste dans sa volonté de voir, dans d’autres conditions politiques, la gestion de l’ERGC revenir dans le giron du Service Public

Il prend date vis-à-vis des engagements prononcés. Le Collectif poursuivra son action pour une gestion transparente de l'ERGC, pour qu'usagers, salariés et élus aient concrétement la possibilité d'être informés et d'exercer leur vigilance et leur contrôle sur le bon fonctionnement de l'ERGC, la qualité des conditions de travail des salariés du site, la bonne exécution des missions de service public contribuant à la promotion du site.

Comme les élus, membres du SMERGC l'ont toujours évoqué, dans les réunions publiques présentant le projet, les Pouvoirs publics et leurs services, ainsi que tous les organimes éducatifs et culturels habilités, doivent garder la maîtrise de tout ce qui concerne la recherche scientifique, ses prolongements pédagogiques et, plus généralement, la médiation des travaux consacrés à la compréhension et connaissance de l'extraordinaire patrimoine que représente la Grotte Chauvet. Nous entendons bien que cet engagement, essentiel pour un tel site culturel, soit respecté et nous mobiliserons, s'il le faut, pour qu'il en soit ainsi.

Le Collectif 

Synthèse pour la Presse

Le Collectif Ardéchois pour la Défense et le Développement des Services Publics DEPLORE qu’au final la gestion de l’ERGC  soit confiée à un groupe privé. C’est l’aboutissement donné au choix de la Délégation de Service Public, préconisé par le Ministère de la Culture et conjointement par le Président du SMERGC, comme celui-ci s’est plu à le rappeler lors de la séance publique du 21 novembre 2011.

Pour le Collectif, le dossier n’est pas clos et il  poursuivra ses actions pour que, le plus tôt possible,  les Pouvoirs Publics et leurs services concernés assument directement le fonctionnement et la gestion de l’outil de restitution des trésors de la Grotte Chauvet au grand public. C’est, selon nous, le moyen nécessaire pour garantir les droits des personnels et mettre vraiment ce patrimoine exceptionnel au service de la connaissance et de la culture, des chercheurs, des habitants de l’Ardèche comme  des visiteurs et de l’humanité toute entière.

Il veillera à ce que toutes les institutions et organismes publics impliqués dans la recherche scientifique, ses prolongements pédagogiques et plus généralement la médiation des travaux consacrés à la compréhension et connaissance de la grotte Chauvet, en gardent la pleine maîtrise comme cela a toujours été évoqué par les élus du SMERGC dans les réunions publiques présentant le projet. Cet engagement, essentiel pour un tel site culturel, doit être respecté.

Ce n’est pas la proximité active de monsieur Marc Ladreit de Lacharrière, milliardaire et responsable de l’agence de notation Ficht, qui peut nous rassurer.

Soucieux de préserver les intérêts des habitants, des salariés du site et des visiteurs, il continuera à agir et à mobiliser pour que soit concrètement assurée une pleine transparence de la gestion de l’ERGC. Pour cela, il demande que les élus du SMERGC exercent un contrôle strict du respect du cahier des charges par le délégataire  et rendent compte régulièrement aux usagers, salariés et élus du bon fonctionnement de l’ERGC, tant sur l’exécution des missions de service public que sur les conditions de travail des salariés.

Ce qui va constituer, nous l’espérons, un fleuron du patrimoine Ardéchois, reconnu à l’échelle mondiale, doit rester accessible à toutes et à tous et contribuer à la qualité de la vie locale.

Tag(s) : #Services publics

Partager cet article

Repost 0